• Love Knot

     

    LOVE KNOT

    2018 | Chine | 25 ép. | 45 min.

     


     

    « All of this was destined. »

     

    Guan Pi Pi est une jeune stagiaire travaillant pour un magazine. Elle a pour mission de trouver et d'interviewer un antiquaire insaisissable, He Lan Jing Ting. Mais Pi Pi découvre vite que ce dernier n'est pas un homme ordinaire. En fait le prêtre d'un clan qui essaye de garder les humains en sécurité, il est à la recherche de la réincarnation de la femme qu'il a aimée des années auparavant.

     


     
         Victoria [f(x)] • Guan Pi Pi                     → When Love Walked In • Beautiful Secret • Ice Fantasy • My New Sassy Girl        Johnny Huang • He Lan Jing Ting   aAddicted Heroin • My Story for You • Operation Red Sea                                                                                             


     

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes. 

    Dans le genre romance fantastique chinoise, Flipped que j’avais commencé bien après mais terminé juste avant s’est avéré décevant à cause de choix que j’avais trouvé mauvais. Ici, Love Knot en fait des meilleurs - qui m’ont notamment fait aimer jusqu’à la fin - avec une très belle histoire, cohérente et agréable à suivre, qui lie passé et présent au travers d’une mythologie intéressante, même si je dois avouer que certains aspects ont fini par me déplaire.

    Le ton est présenté dès l’introduction de chaque épisode, un même passage qui nous présente la mythologie du drama qui tourne autour d’un peuple renard venu d’une autre planète qui se fond parmi les hommes. Forcément, si on ne les différencie pas au simple regard, les deux peuples ne peuvent se mélanger en raisons de certaines règles. Notre héros est d’ailleurs lui-même issu de l’union entre renard et humain ce qui fait de lui un hybride, une origine qui pose le point de départ de toute l’histoire, des milliers d’années avant ce que l’on suit dans le monde contemporain. En effet, sa rencontre avec son âme-soeur n’est pas due au hasard et une sorte de malédiction suit chacune des réincarnations de la jeune femme, la dernière étant Guan Pi Pi, la jeune femme dont on suit le point de vue. De plus, des conflits existent toujours au sein de la communauté des renards quant à certains enjeux importants.

    Comme le laisse présager un tel scénario, Love Knot est un drama fantastique qui présente une très belle histoire combinant le charme des dramas chinois à cette mythologie sur les renards qui fait intervenir plusieurs problématiques. Le début des épisodes laisse place à un retour dans le temps où l’on peut voir les anciennes vie de Pi Pi aux côtés de He Lan, des scènes très touchantes et bien réalisées. C’est ce côté « vies antérieures » qui m’a sans doute le plus plu grâce à sa pertinence dans l’intrigue fantastique, même si elle s’avère moindre par rapport aux scènes dans le présent. Cela permet d’insérer un background à certains personnages, nécessaire pour s’y attacher un minimum. Malheureusement, bien que j’ai aimé suivre le drama jusqu’à la fin, certains défauts n’ont pas manqués de me marquer. Prenons par exemple la partie de l’histoire concernant le clan qui a bien fini par me lasser, la soif de pouvoir du demi-frère du héros prenant trop d’ampleur à mon goût, au détriment de la personne que lui-même aime et qui méritait d’aimer plus qu’une personne dépassée par ses ambitions. En commençant par ses deux-là, certains personnages ne m’ont pas véritablement convaincu, notamment He Lan et Pi Pi. Lui est un personnage doux et dévoué mais qui s’avère finalement peu intéressant, que ce soit à cause de son développement ou de la prestation assez fade de l’acteur. De même, Pi Pi n’est pas une héroïne à laquelle je me suis attachée bien que l’on suit son point de vue du début à la fin, celui d’un personnage créé pour toucher les téléspectateurs. Une nouvelle fois, je pense que la prestation de l’actrice y est pour quelque chose. L’histoire de son petit-copain et de sa meilleure amie - qui ne le reste pas très longtemps vous vous en doutez - m’a parue totalement inutile et sans intérêt. On aurait plus dit une excuse pour Pi Pi afin qu’elle puisse se détacher de ce qu’elle avait vécue jusque là sans He Lan. Seulement, si les choix et comportements du héros et de l’héroïne n’ont pas toujours fait l’unanimité chez moi, il est indéniable pour moi de souligner à quel point leur lien est beau et touchant à voir. De même concernant certains personnages secondaires, notamment un trio qui se forme parallèlement au développement de la relation entre nos deux héros et qui manifeste un lien fort et réaliste. À noter que les derniers épisodes sont plus compliqués à saisir, notamment au niveau de la fin que j’aurais mieux appréciée si plus expliquée et justifiée.

    Le charme de l’histoire de Love Knot vous rendra sans doute accro, le drama étant prometteur même si pas assez à la hauteur selon moi, la première partie étant vraiment bonne mais la suite partant dans trop de directions. Dans tout les cas, ce drama promet un bon moment à condition que l’on passe au dessus de certains de ses défauts.

     

    Retrouvez ce drama sur Viki !

      


     

    - FAN MV -

    Attention, ces vidéos contiennent des images de l'oeuvre !

    Love Knot    Love Knot    





    votre commentaire
  • Before We Get Married

     

    BEFORE WE GET MARRIED

    2019 | Taïwan | 13 ép. | 75 min.

     

        COUP DE  ♥    

     


     

    « Whether it's love or hate, I want to make my own decisions. Whether it's love or hate, I need to first learn to love myself. »

     

    Alors que Zhou Wei-Wei est sur le point d'épouser son petit ami, avec lequel elle a planifié tout son avenir, la fille avec laquelle Chu Ke Huan partage sa vie depuis dix ans espère nouer des liens plus étroits avec lui. Seulement, les deux commencent à éprouver des sentiments l'un pour l'autre.

     


     
                      Jasper Liu • Chu Ke Han            → Pleasantly Surprised • When I See You Again • More Than Blue                                       ' Puff Guo • Zhou Wei Wei           → Inborn Pair • Just You • Pleasantly Surprised • Bloody Romance                                           Steven Sun • Li Hao Yi            aMurphy's Law of Love                                                                                                                       Nita Xia Gao Zi Yuan             '''→ Rock 'n' Road • Boysitter • Someone Like You • Love Cuisine


     

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes.

    Comme quoi les meilleurs dramas peuvent être ceux dont on entend parler le moins. Après un grand coup de coeur pour le thaïlandais Hua Jai Sila, en voici un second avec le taïwanais Before We Get Married. Maintenant je saurais qu’il ne faut pas sous-estimer les dramas de ces nationalités. Du début à la fin, je n’ai pas été déçue et en redemanderais même. Il faut dire que treize épisodes lorsque l’on adore autant le duo principal, ce n’est jamais assez pour anticiper la fin. Mature et naturel, Before We Get Married fait intervenir un sujet principal que je n’avais jamais croisé à dramaland, à savoir la tromperie, bien que tout ça ne m’ait jamais paru aussi néfaste que ce à quoi j’avais pensé.

    On rencontre Zhu Wei Wei dont la vie est toute planifiée depuis le début de sa relation avec Li Hao Yi, son petit-ami depuis trois ans. Que ce soit concernant l’emménagement, le mariage ou les enfants, tout est prévu d’avance dans leur quotidien répétitif dont ils pensent se satisfaire. Forcément, l’arrivée de Chu Ke Huan dans ce parfait tableau avait tout d’un imprévu. Il est beau, riche, se hissant parmi les rôles les plus importants de son entreprise, mais sa vie sentimentale auprès de Zi Yuan ne compte plus autant qu’il y a dix ans.

    Il est toujours compliqué de discuter d’un sujet sensible qui peut être très facilement condamné, notamment dans une société asiatique qui est plus « conservatrice » que la notre. Bien que ce drama porte sur la tromperie, rien n’est à réellement malsain, l’histoire se révélant d’une maturité et d’un naturel que j’ai apprécié découvrir. C’est un sujet tabou qui je trouve est bien abordé et ne met en aucun cas mal à l’aise lorsque l’on cherche à aller plus loin que les synopsis qui portent à croire que les deux relations étaient saines dès le début. Bien-sûr les deux héros ne sont pas tout blancs dans cette histoire, mais sont loin d’être aussi noirs que ce à quoi je m’attendais. J’ai réellement adoré suivre ces treize épisodes, à un point où je me suis enfilé les trois-quarts en une nuit. D’après moi, il n’est pas question d’un drama qui a  pour unique but de divertir puisqu’il appuie également les failles dont sont constituées toutes personnes indépendamment de leur volonté. Que ce soit à cause de faits passés, présents ou futurs, toute relation ne peut évoluer de la même manière et aussi sainement qu’on le souhaiterais comme c’est le cas entre Wei Wei et Hao Yi, ou être aussi parfaite qu’on ne le montre comme pour Ke Huan et Zi Yuan. Finalement, tout porte sur un choix, à savoir partir ou rester. Ce qui m’amène au fait que chacun a sa part de responsabilité dans toute cette histoire : Wei Wei qui n’a pas directement coupé tout contact avec Ke Huan lorsqu’elle en a eu l’occasion et ne ressentait alors rien pour lui ; Ke Huan qui dit respecter et envier plus que tout la notion de famille, mais qui convoite quelqu’un qui possède un avenir avec un autre au lieu de mettre les choses au clair dans son propre couple ; Hao Yi qui s’est perdu dans son désir de devenir l’époux parfait ; Zi Yuan qui se voile la face en ne pouvant accepter que les aléas de la vie l’ont éloignée de Ke Huan depuis bien longtemps.

    Ce qui permet d’ailleurs à ce drama de tenir autant la route est sans aucun doute la présence de Puff Guo et de Jasper Liu qui possèdent une alchimie qui saute littéralement aux yeux. On ressent réellement la connexion entre les deux personnages ainsi que l’intensité dans leurs échanges et leur duo est clairement le point fort du drama. Comment ne pas résister à Ke Huan qui prend soin de Wei Wei et lui porte des regards qui ne trompent personne ? De plus, on ressent vraiment une évolution entre les deux personnages que l’on découvre avant leur rencontre et ceux que l’on quitte à la fin du drama, parvenant à mettre à profit les leçons qu’ils ont su tirer de cette situation. Ils ont avant tout besoin de se reconstruire seuls et sans l’influence d’un autre. Bien-entendu, la présence de leur petit(e)-ami(e) respectifs se fait sentir et si Zi Yuan personnifie très bien la fille bercée d’illusions, Hao Yi semble assez ennuyant et plus intéressé par ses plans d’avenirs que sa petite-amie elle-même, jusqu’à en oublier qu’une relation se construit à deux. Wei Wei suit alors les plans souhaités par ce dernier même s’ils lui en coutent. Rejeter la faute sur tout le monde est une chose mais le faire d’une façon si immature, égoïste et pathétique n’a rien d’un comportement d’adulte. Tout ça pour dire que je n’ai pas particulièrement apprécié la tournure de son personnage qui perd de sa crédibilité passé la seconde moitié du drama. Heureusement, la présence d’un personnage aussi haut en couleur que Ke Fei, la meilleure amie et colocataire de notre héroïne, relève clairement la donne, méritant amplement le temps qu’on lui consacre dans ce drama, chacune de ses interactions demeurant un pur régal et constituant une touche d’humour fortement appréciable.

    Je pense que vous vous en doutez maintenant, Before We Get Married m’a convaincue. Je conçois le fait qu’il ne puisse pas plaire à tous par rapport à son histoire mais si cette dernière vous attire un minimum, foncez - en plus de ça l’OST vaut vraiment le coup ! Malgré quelques longueurs, j’ai réellement apprécié le réalisme de la fin tout comme les messages qui y sont passés. L’amour est un sentiment humain et naturel qu’on ne peut ni forcer ni contrôler. Wei Wei et Ke Huan illustrent très bien cette pensée, aspirant tous deux à liberté et indépendance.
     

     

    Retrouvez ce drama sur Viki !

      


     

    - FAN MV -

    Attention, ces vidéos contiennent des images de l'oeuvre !

        Before We Get Married    

    Before We Get Married    Before We Get Married

     

    En sachant que toute l'OST vaut le coup, voici un lien pour l'écouter en entier : ici.


     


    4 commentaires
  • Hua Jai Sila

     

    HUA JAI SILA

    2019 Thaïlande 27 ép. 55 min.

     

        COUP DE  ♥    

     


     

    « Thank you for being the flower that grows on stone like me. »

     

    Tor est le fils illégitime d'un riche noble. Celui-ci le confie à sa femme, Sitha. Tor subit alors de terribles maltraitances de la part de sa belle-mère et de son demi-frère. Son seul réconfort est alors Mingta, une voisine et enfant illégitime, comme lui, maltraitée par sa belle-mère et sa demi-sœur. Un jour, les choses dérapent, Tor se fait presque assassiner par sa belle-mère et manque de se noyer. Par chance, sa tante le sauve et laisse tout le monde le croire mort pour le protéger.

    Tor renaît donc sous le nom de Sila et devient plus tard le propriétaire d'un club et d'un casino. L'occasion de se venger de sa famille se présente alors à lui. Mais au même moment, il revoit aussi Mingta qui le reconnaît immédiatement.
     


     
             Thanapob Leeratanakajorn ( Tor ) • Tor / Sila                → Hormones • Hormones 2 • O-Negative • Side by Side                  Nopjira Lerkkajornnamkul ( Fern ) • Mingta               aThan Taiwan Janward • Naet Nakin                           


     

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes.

    Hua Jai Sila est un drama étonnant dans le simple fait que je ne m’attendais pas à tomber sur celui qui sera sans doute mon drama de l’année. Bien que Kiss Me et Full House Thaï m’avaient prouvé à quel point les dramas thaïlandais pouvaient être aussi bons que ceux d’autres nationalités, je n’avais jamais été tentée plus que ça par d’autres titres depuis. Pourtant, je suis là, devant mon écran à me ressasser ces longs mois de diffusion et des épisodes qui ne m’ont jamais déçue et n’ont au contraire jamais cessé de me séduire.

    Ça pourrait paraitre étrange mais je suis tellement reconnaissante envers toute l’équipe de ce drama pour l’avoir fait exister et me rappeler exactement pourquoi j’aime autant les séries asiatiques, car certaines ont le don de vous en mettre littéralement plein les yeux. Étant le remake d’un drama datant de plus d’une dizaine d’années, ce qui me faisait sans doute le plus peur était de retrouver le genre d’inconvénients et de clichés que l’on retrouvait dans cette génération-là de dramas. Il y est en effet question de Sila, anciennement appelé Tor, qui a été victime de son statut de fils illégitime et qui se fait passer pour mort afin de prendre sa revanche sur les personnes de son passé ayant tenter de le nuire, lui et ses proches. Pourtant, cette histoire de vengeance n’a rien à envier à d’autres et reste pertinente du début à la fin. À vrai dire, ce fil conducteur ainsi que le lien entre Tor et Min, son amie d’enfance dont il va forcément devoir recroiser la route, étaient clairement deux éléments qui m’intéressaient avant même de débuter mon visionnage et je n’ai pas été déçue.


    Concernant l’histoire et le thème prédominant de la vengeance, j’ai trouvé l’ensemble très bien écrit, avec un développement à la hauteur de son potentiel. C’est un sujet vu et revu, tout particulièrement du côté des thaïlandais et pourtant les scénaristes ne dépassent jamais la limite, ne faisant pas de Tor un vrai monstre mais un être humain meurtri par un passé qu’il ne réussit pas à oublier. L’histoire est d’ailleurs très bien introduite dans la mesure où l’on comprend rapidement les enjeux du dramas ainsi que les fautes des personnages concernés. Le suspens est bien présent à chaque épisode et amène une tension nécéssaire qui faisait de l’attente un vrai supplice. Il est vrai que l’on échappe pas au cas de la famille violente et aux histoires de maîtresses qui peuvent sembler exagérées mais c’est une chose que l’on ne peut empêcher dans les lakorns, tout comme le fait que tout ce qui avait un lien avec les blessures et le sang n’était jamais totalement crédible. Mais honnêtement, cela n’a jamais fait perdre à mes yeux sa crédibilité au drama.

    Il faut dire que lorsque l’on est face à la performance de Thanapob Leeluttanakajorn qui incarne Tor à la perfection, on ne peut se permettre de faire les difficiles. Je pense pouvoir affirmer que Sila / Tor est devenu l’un de mes personnages favoris de tout dramaland. J’aime le fait qu’il ne soit pas déraisonnable et sans coeur mais quelqu’un d’intelligent et de réfléchi, un homme qui sait laisser transparaitre ses émotions jusqu’aux larmes. Il ne dégrade en rien l’image de la femme comme dans d’autres lakorns du genre - même si ça n’empêche pas deux ou trois baisers forcés - et les respecte sincèrement comme on peut le voir dans sa relation avec sa tante qui s’est révélée très touchante. Bien qu’il soit focalisé sur sa vengeance, cela ne l’aveugle pas et ne l’empêche pas de protéger les femmes qu’il aime en restant chaque fois maître de lui-même et du jeu auquel il joue. Du côté de Min, il est vrai que son personnage n’est pas le plus utile et important, pourtant c’est un personnage essentiel aux côté de Sila. J’ai aimé le fait qu’elle ne se laisse pas constamment faire et que malgré le fait qu’elle pense reconnaitre Tor, ça n’est pas pour autant qu’elle le laisse tout se permettre et jouer avec les gens. Elle souhaite plus que tout le pousser vers le haut, lui qui reste figé dans le passé, et leur relation n’en est que plus belle. L’alchimie entre les deux ne pouvait être meilleure et rien que pour la beauté de leur relation, rien que pour leurs scènes ensembles, ce drama vaut le coup d’oeil. La romance ne freine en rien le reste, se mêlant tout naturellement à l’intrigue. L’intensité est là du début à la fin, les deux ne pouvant s’empêcher de s’attirer l’un à l’autre.

    Clairement, Hua Jai Sila est à mes yeux un drama à ne pas rater qui ne s’essouffle jamais et reste pertinent du début à la fin. Que ce soit pour son histoire portée sur la vengeance, la performance des acteurs, l’alchimie entre Min et Tor ainsi les répliques mémorables de ce dernier, j’espère que mes impressions vous auront ne serais-ce que donné l’eau à la bouche car pour ma part j’aimerais tout oublier pour pouvoir le recommencer.
     

     

    Retrouvez ce drama sur le site de Muse ( VOSTA ) !

      


     

    - FAN MV -

    Attention, ces vidéos contiennent des images de l'oeuvre !

    Hua Jai Sila    Hua Jai Sila    

    Hua Jai Sila

     

    - OST -

     

     


    5 commentaires
  • Well Intended Love

     

    WELL INTENDED LOVE

    2019 Chine | 20 ép. 45 min.

     


     

    « Aimer c'est respecter. »

     

    Xia Lin est une actrice méconnue qui vient d'apprendre qu'elle a la leucémie. Or, le seul qui est compatible avec elle pour faire une greffe de moelle osseuse est l'inaccessible et puissant homme d'affaires Ling Yi Zhou. Celui-ci, après avoir entendu la demande de Xia Lin accepte, mais pose une drôle de condition : Xia Lin doit l'épouser.

     


     
           Xu Kai Cheng • Ling Yi Zhou           → Moon River • I Cannot Hug You • The Love Knot • I'm a Pet at Dali Temple             Simona Wang • Xia Lin                     → Romance of the Condor Heroes • The Four
     


     

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes.

    Well Intended Love est un titre à côté duquel j’étais facilement passée, que ce soit avant ou après son apparition sur la plateforme Netflix. Il faut dire que le synopsis mentionnait un contrat de mariage signé par l’héroïne afin de soigner sa leucémie, ce qui me semblait un peu trop too much. Avec tout le monde qui en parlait autour de moi, je me suis finalement laissée tenter sans imaginer à quel point les scénaristes allaient finir par me décevoir.
     
    Sans gros étonnement, cette histoire de leucémie et de contrat de mariage qui semblait cliché sur le papier l’a été tout autant une fois le drama démarré. Le premier épisode illustre d’ailleurs bien cette impression tant tout me semblait ridicule. Pourtant, la première moitié du drama a été très loin d’être aussi mauvaise que ce j’aurais pu parier. Si certaines situations sont assez grotesques dans le premier épisode comme dans les suivants, Well Intented Love n’est pas à prendre entièrement au sérieux. Avec un minimum de second degré, des choses qui pourraient faire grincer des dents m’ont sincèrement fait rire et apprécier. De plus, le contrat ne mène pas aux querelles habituelles. C’est donc charmée par ses qualités et ses défauts que les six premiers épisodes se sont écoulés très rapidement. J’aimais de plus en plus les interactions des deux héros et, même si la performance des acteurs n’était pas incroyable, leur personnage me plaisait bien et l’alchimie était là.
     
    Puis une première révélation qui en dit plus sur les intentions du personnage masculin arrive et brise tout plaisir coupable. En plus de ça, on nous met ensuite face à l’un des clichés les plus connus et redoutés de dramaland, tout ce qu’il fallait pour faire baisser le drama dans mon estime. Le pire dans tout ça c’est que ce qui arrive ensuite et qui en a choqué beaucoup ne m’a même pas étonnée. Soit c’est le genre de situation qui n’arrive que dans les dramas soit les mecs peuvent se montrer vraiment machos et opportunistes dans la vraie vie. Ça partait pourtant bien mais les scénaristes ont clairement fait les mauvais choix. J’aimais Xia Lin dans le fait qu’elle ne profite pas volontairement des avantages de son mari et reste fidèle à elle-même jusqu’au bout, à la fois drôle mais mature dans ses réactions et pensées, et j’aimais Yi Zhou pour sa tendresse envers elle mais après que ses réelles intentions soient dévoilées, pas facile de voir le drama de la même manière et de le suivre avec autant de plaisir, surtout quand on voit à la vitesse avec laquelle il finit par être pardonné.  Leur relation n’en devient alors que trop saine - une énorme illusion bien entendu-, tout étant trop facile et parfait à mon goût si on omet la présence d’un antagoniste qui n’apporte rien au drama, si ce n’est un peu de rebondissement et un troisième nom qui s’ajoute à la liste des personnages très dérangé de ce drama - parce que oui on a également droit à une rivale tarée et aveuglée. Je sais que je reste vague mais autant vous prévenir sans pour autant vous spoiler. En tout cas, une fois la première partie passée, ma vision de la romance est passée de mignonne à insensée, tout particulièrement à cause de l’énorme besoin de contrôle de Yi Zhou qui le rend égoïste. Les clichés ont commencé à ne plus du tout me faire rire et certains personnages se révélaient trop grotesques dans leurs intentions. Tout devient trop facile. Heureusement, les personnages secondaires ne m'ont eux pas déçue, notamment Chu Yan un acteur de la même agence que Xia Lin, avec lequel elle partait sur de mauvaises bases, et qui s’est révélé ne pas être uniquement la cinquième roue du carrosse mais un personnage nécessaire qui apporte de la tendresse au drama. Il y a également une romance secondaire assez mignonne entre la meilleure amie de Xia Lin et l’assistant de Yi Zhou - un peu fade dans sa manière de suivre son patron comme un gentil petit toutou - qui est agréable à suivre.
     
    Avec une première moitié qui m’avait agréablement surprise et une seconde beaucoup moins bonne, Well Intended Love a au moins le mérite de se regarder très facilement - à condition de ne pas choisir d’abandonner à la moitié - et de posséder un côté addictif. Il faut dire que le tout n’a rien de très intelligent ou révolutionnaire. En revanche, je déconseille clairement si vous n'aimez pas les gars qui se croient tout permis pour séduire une femme - et encore personne n'irais jusque-là dans la vraie vie. Même si la première partie est bonne et que j’ai réussi à parvenir au bout, le mieux pour vous serait sans doute de passer votre chemin à moins que comme moi vous ayez envie de vous faire votre propre avis.
     

     

    Retrouvez ce drama sur Netflix.

     


     

    - FAN MV -

    Attention, ces vidéos contiennent des images de l'oeuvre !

    Well Intended Love     Well Intended Love 

     

     


    2 commentaires
  • Survolez les couvertures pour plus de renseignements.

    SEVEN FIRST KISSES

    Corée du Sud | 2017
     
    Min Soo Jin se fait aider par Choi Ji Woo qui lui permet de rencontrer et de choisir parmi 7 jeunes hommes, tous irrésistibles, celui qui lui offrira son premier baiser à savoir : Lee Jong Suk, un acteur populaire, Ji Chang Wook, un agent secret, Lee Min Ho, un voyageur libre, Lee Joon Gi, un riche héritier fréquentant la même église qu'elle, Park Hae Jin, son charmant supérieur, Ok Taek Yeon, un jeune homme naïf et enfin Kai, l'adorable étudiant.
     
    2.5/5


     
    THE SINGLE LAWYER

    Thaïlande | 2017
     
    Minute est une jeune femme aisée qui voit sa vie chamboulée, se retrouvant à la rue suite à la faillite de l'entreprise familiale. Son ami d'enfance BM lui propose alors de vivre dans son appartement et de jouer le rôle de sa petite amie afin de tromper ses parents sur son homosexualité. Cependant, c'est sans compter le demi-frère de ce dernier, Firstclass, qui vit également dans l'appartement et qui accepte finalement à condition que Minute prenne des cours d'étiquette avec lui.
     
    3/5
     
    MY BROTHER LOVES ME
    TOO MUCH

    Japon | 2017
     
    Tachibana Setoka est malchanceuse en amour. Elle s'est déjà confessée 12 fois mais a toujours été rejetée. Il s'avère que cela est en grande partie dû à son grand frère Haruka qui la surprotège et fait fuir les garçons. En réalité, Setoka et Haruka ne sont pas liés par le sang mais Haruka le cache à sa sœur. Un jour, le premier amour de Setoka, Takamine Serikawa, réapparait et décide de se rapprocher d'elle. Mais Haruka ne compte pas laisser les choses se dérouler si facilement.
     
    3/5


     

     

     


    SEVEN FIRST KISSES
     ★★✯☆☆ Comme 99% des personnes ayant regardé ce mini-drama, c’est bien son casting de rêve et non son intrigue pour le moins inexistante qui m’aura poussée à dépenser une heure de mon tempsSans surprise, Seven First Kisses ne dégage aucune originalité puisqu’il propose plusieurs mini-histoires qui mettent en scène chaque possible scène de baiser que pourrait avoir l’héroïne avec chacun de ses prétendants. Si aucune lèvres ne se touchent véritablement et que le drama n’est rien d’autre qu’un simple coup de pub pour la marque Lotte Duty Free, je ne peux nier avoir un minimum apprécié le fan service. Ji Chang Wook en agent secret ? Lee Min Ho en voyageur ? Comment dire non. Si le casting était plus que prometteur, je dois bien avouer que le principe est assez accrocheur également - contrairement à l’actrice principal tout droit sortie de nulle part. Le tout est bien entendu à prendre au second degré et ne mérite pas énormément d’attention.
     

    U-PRINCE : THE SINGLE LAWYER ★★★☆☆ La série U-Prince présente un concept qui se concentre sur des histoires portant sur une même université et sur divers garçons qui la composent. Autant vous le dire dès le début, ces dernières sont loin d’être originales et très élaborées. Pourtant, l’histoire de Single Lawyer et son court format me tentaient tellement que j’ai finis par le lancer en anglais. C’était la première fois que je me lançais dans un drama thailandais et dans de la VOSTA. Sans être une très grande réussite, je dois avouer que j’ai passé un plutôt bon moment. On nous présente dès le début une héroïne riche qui va se retrouver sans le sou. En plus de ça, elle a vraiment un sale caractère. Certaines circonstances vont faire qu’elle va se retrouver en colocation avec le frère d’un de ses amis, une situation très clichée dès le début. Pourtant, il m’a été plutôt facile de m’attacher à Minute et First Class. J’ai bien aimé voir leur relation se tisser et par la même occasion rire des défauts de notre héroïne sans forcément les condamner. L’alchimie était jolie, le couple mignon. C’est d’ailleurs une vidéo sur ce dernier trouvée sur Youtube qui m’avait fait connaître ce lakorn. Je reproche tout de même le côté un peu trop surjoué qui fera grincer les dents de beaucoup. On voit clairement que les acteurs sont encore amateurs. Cependant, ça ne m’a pas empêché de tomber moi aussi sous le charme de First Class. Même si l’histoire ne m’a pas fortement marquée en elle-même, je me souviens avoir passé un bon moment.

    MY BROTHER LOVES ME TOO MUCH ★★★☆☆ : En tant que mini-série préquelle pour introduire le film du même nom, j’ai été surprise de me retrouver face à une histoire assez intéressante. Bien que ce format puisse être retrouvé pour d’autres films japonais comme Mars ou encore Black Prince & White Prince, il se trouve être mal exploité neuf fois sur dix. Encore une fois, My Brother Loves Me Too Much a donc été créé dans le but de promouvoir le futur film, ce qui annonçait un côté fort introductif et de ce fait peu attractif. C’est pour ça que ces moins de deux heures aux côtés de Setoka – un peu beaucoup trop niaise à mon goût – et de Haruka se sont retrouvées être une bonne surprise ! On est comme toujours dans du cliché bien rose, avec une héroïne qui bizarrement possède de nombreux prétendants. Pourtant, ça fonctionne plutôt bien. C’est mignon, sans prise de tête, avec un humour décalé – peut-être un peu trop mais c’est japonais donc on pardonne. On reste très limité au niveau du scénario et clairement, le jeu des acteurs est loin d’être transcendant, mais ça reste assez feel good. Ça vous plaira, ou alors pas du tout, mais le mieux reste de tenter. Pour ce qui est du but de ce préquel, le pari est réussi : j’ai tenu jusqu’au bout et je reste clairement sur ma faim. A voir si le film saura aller plus loin dans la construction des personnages et de l’intrigue.



    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique