• On Your Wedding Day

     

    ON YOUR WEDDING DAY

    2018 Corée du Sud 110 min.

     


     

    « Who cares if half of the people on earth are girls, it's not you. »

     

    Seung Hee et Woo Yeon se rencontrent pendant leurs années lycée. Lui tombe amoureux d’elle au premier regard, mais elle n’est pas intéressée par lui. Mais pour éviter d’être draguée par les autres lycéens, elle accepte de faire semblant de sortir avec Woo Yeon. Amour ou amitié, de quoi sera fait leur avenir ?


       
            Park Bo Young • Hwan Seung Hee                 → A Werewolf Boy • Oh My Ghost • Strong Woman Do Bong Soon                  Kim Young Kwang • Hwang Wu Yeon           → White Christmas • Pinocchio • D-Day • Lookout • Room No. 9                               


     

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes.

    On Your Wedding Day est un film coréen qui avait déjà pas mal fait parlé de lui avant sa sortie, notamment avec un casting plutôt attirant et une histoire qui promettait pas mal d’émotions. Rapidement ensuite, certains retours mitigés quant à sa fin m’avaient quelque peu refroidie. Plusieurs mois après, je croise son affiche sur le net et mon envie de revoir Bo Young depuis son dernier drama m’a vite fait sautée le pas. Seulement, alors que certains étaient restés mitigés sur la fin, bien plus d’éléments auront su perturber mon visionnement, même si dans sa globalité On Your Wedding Day reste un film très sympathique. 

    Il y est question d’une relation qui traverse les années. Seung Hee et Woo Yeon se rencontrent au lycée et depuis le destin ne cessent de les mettre sur le même chemin - en plus de la persévérance de Woo Yeon il faut l’avouer. Au tout départ adolescents, on les rencontre également dans leurs premiers pas dans la vie d’adulte avec leur entrée à l’université ou encore dans la vie active avec l’entrée dans le monde du travail qui s’avère semée d’embuches. 

    Avec un concept accrocheur, l’histoire mise en scène dans ce film s’avère être très facile et plaisante à suivre. On suit l’évolution de deux personnages, les voyant grandir de treize ans en l’espace de deux heures. On assiste à leurs craintes, leurs déceptions mais également leurs rires et espérances. Seulement, même si à l’écrit tout était fait pour me plaire, j’ai tout de même trouvé qu’il manquait quelque chose. Bien que le film en lui-même reste très sympathique à découvrir, l’histoire s’essouffle avec un duo rempli d’alchimie mais qui finalement passe bien plus de temps séparés qu’ensembles. J’ai trop souvent eu l’impression qu’il manquait des éléments, des scènes non-abordées dues aux ellipses, qui faisaient que les personnages ne me semblaient pas assez réels. Je sais bien qu’il est question d’un film, qui est donc limité dans son temps. Seulement, malgré la bonne volonté du scénariste et une idée générale très bonne, le contenu était trop grand pour un film d’à peine deux heures. 

    On rencontre Seung Hee et Woo Yeon en dernière année, deux adolescents un peu immatures. Elle est très honnête mais semble ne pas vouloir être au centre des attentions et lui a des étoiles pleins les yeux lorsqu’il la regarde. La complicité entre eux est dès le début présente mais un événement important de sa vie la fait déménager une nouvelle fois et les sépare. Malheureusement, on s’attarde très peu sur ça alors que cela aurait pu constituer un point d’attache entre elle et moi. Je me suis moi-même vraiment retrouvée dans sa situation familiale et il aurait été facile de me lier à elle. Mais son personnage m’a semblé trop souvent creux alors qu’on nous laisse entendre un background intéressant à exploiter. En effet, le scénario choisit bien plus de se centrer sur Woo Yeon, un choix judicieux puisque le personnage est vraiment très agréable et drôle à suivre. Il se montre du début à la fin persévérant dans ses choix malgré sa maladresse naturelle qui le met très souvent dans des situations à mourir de rire. Mais encore une fois, l’humour n’a pas rattrapé ce manque que je ressentais parfois, n’en faisant pas un film aussi bon que je l’aurais aimé. Cependant, je dois bien avouer que tout comme peut l’illustrer la fin, On Your Wedding Day réussit à proposer une vision réaliste des relations qui ne sont pas aussi roses que le laisse souvent penser la fiction. 

    Même si l’aspect humoristique ainsi que le naturel de la relation des deux héros ajoute du positif au film - surtout grâce à un personnage masculin qui par ses maladresses m’est apparu dès le début comme très attachant -, le manque d’exploitation du côté de Seung Hee, les trop grandes ellipses ainsi qu’un temps limité pour développer réellement leur relation aura fini par me peser. J’en garde tout de même un bon souvenir - et pars me jeter sur plus de films et de dramas avec Young Kwang en tête d’affiche.
     

     

    Retrouvez ce film sur le site de la Maknae Fansub !

      


     

    - TRAILER -

    On Your Wedding Day

      

    - FAN MV -

    Attention, cette vidéo contient des images de l'oeuvre ! 

    On Your Wedding Day

     

     


    2 commentaires
  • Fall in Love at First Kiss

     

    FALL IN LOVE AT FIRST KISS

    2019 Taïwan 120 min.

     


     

    « Everything you think is impossible is just waiting for the day to be completed. As long as there's faith and persistence, one day you'll certainly succeed. »

     

    Quand une fille stupide tombe amoureuse de quelqu'un qui est hors d'atteinte, existe-t-il un espoir de fin heureuse ? Xiang Qin est une fille ordinaire qui a le béguin persistant pour Jiang Zhi Shu. Après qu'elle lui ait transmis ses sentiments et qu'elle se voit cruellement rejetée, Xiang Qin envisage d'abandonner pour de bon. Cependant, il se passe des choses et son père l'emmène s'installer temporairement avec la famille de Zhi Shu. Dans une douce et pure romance se déroulant au lycée, la flottabilité enjouée de Xiang Qin brille. Zhi Shu commence à se demander si Xiang Qin est simplement une déviation ou la personne avec laquelle il est censé être.


     
                                      Lin Yun • Yuan Xiang Quin                 → Fight Break Sphere • The Mermaid                                                                                    Darren Wang Jiang Zhi Shu             → Our Times • Suddenly Seventeen  The Wolf


     

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes.

    Si l’histoire d’Itazura na Kiss m’a toujours parue sympathique, je n’ai pas encore eu l’occasion de me lancer dans toutes les adaptations, certaines étant pour l’instant loin de m’attirer. Pourtant il n’a fallut que quelques minutes pour me convaincre que Fall in Love at First Kiss était un film pour moi, le format pouvant éviter certaines longueurs et les extraits laissant présager un bon moment. Je n’ai d’ailleurs pas pu me retenir, moi qui d’habitude attend toujours le sous-titrage en français. Autant vous dire que je ne regrette pas, le film ayant même le potentiel pour être adapté en drama. 

    Pour vous faire un point concernant la trame principale, dont certains éléments ont été quelques peu modifiés, il est question de Xiang Quin, une fille pas très intelligente, qui va tomber sous le charme de Zhi Shu dès son entrée au lycée, son discours de rentrée l’ayant émue tout autant que le fait qu’il l’ait surement empêché de se rompre le crâne et lui ait accidentellement offert un baiser. C’est donc à l’image de littéralement toutes les étudiantes de son lycée privée qu’elle va se mettre à espérer lui faire sa déclaration. Seulement voilà, Zhi Shu s’avère tout de même être le lycéen numéro 1 de toute l’Asie et il est dans le genre peu approchable. Après un peu plus de deux années à se dégonfler, Xiang Quin se lance et se prend un refus immédiat devant tout le monde. Le hasard semble d’ailleurs jouer de la situation puisque l’éboulement de sa maison l’obligera à aller vivre chez un ancien meilleur ami de son père dont le fils n’est autre que Zhi Shu. 

    Si l’histoire et les personnages gardent cet aspect mignon lié à l’histoire de base, j’ai trouvé que cette version choisissait de faire de légers changements plutôt appréciables, rendant le tout sans doute plus réaliste aux yeux des spectateurs, comme le comportement de Zhi Shu envers Xiang Quin par exemple. Fall in Love at First Kiss s’avère d’ailleurs être très court lorsque l’on connait l’ampleur du réel scénario dans lequel les années défilent tout en étant bien exploitées. Ici deux heures ne semblent pas suffire, notamment au niveau de la psychologie des personnage qui n’est en rien développée. Pourtant, cela ne m’a pas vraiment choquée car je n’ai pas pu m’empêcher d’aimer le déroulement des choses, aussi court soit-il, qui a selon moi été traité d’une très bonne façon au vue des limites imposées. En plus de ça, le duo de personnages et d’acteurs nous offre une très belle alchimie et un naturel dont je ne me plains clairement pas. 

    En effet, si Zhi Shu et son QI de 200 n’ont à première vue rien à voir avec l’héroïne, on comprend indirectement que c’est la joie de vivre de cette dernière qui pourrait bien faire la différence. Sa niaiserie ne m’a d’ailleurs pas dérangée, si on omet le fait que son obsession se manifeste parfois d’une manière un peu too much à mon goût. Heureusement, l’esprit et l’ambiance du drama rendent les choses bizarres bien moins bizarres. Si elle parait un peu idiote à première vue, c’est un caractère que j’ai trouvé traité de la bonne façon, créant rapidement de l’attachement envers elle. Du côté de Zhi Shu, si on n’arrive pas à réellement déterminer quand ses sentiments pour Xiang Quin naissent réellement, on assiste à leur développement au travers de sourires et de regards, ce qui rend une nouvelle fois le personnage bien plus réaliste que dans d’autres versions. S’il n’est d’ailleurs pas spécialement favorable à l’idée d’aider Xiang Quin pour ses examens, on constate qu’il se prête bien au jeu et la prend finalement au sérieux malgré son très faible niveau, lui laissant ainsi une chance d’entrer dans sa vie. 

    À ce beau duo est ajouté une agréable dose d’humour qui ajoute un petit quelque chose au film, très beau visuellement, et qui empêche d’une certaine manière des longues, ces deux heures s’enchainant très facilement. Que vous soyez fan ou non de l’histoire originale, Fall in Love at First Kiss vous garantie un bon moment !
     

     

    Retrouvez ce film sur le site d'Univers Asia Alma !

      


     

    - TAILER & FAN MV -

    Attention, ces vidéos contiennent des images de l'oeuvre ! 

    Fall in Love at First Kiss

    Fall in Love at First Kiss   Fall in Love at First Kiss 

      

    - TOP OST -

    Fall in Love at First Kiss   Fall in Love at First Kiss

     

     


    2 commentaires
  • Paradise Kiss

     

    PARADISE KISS

    2011 Japon 116 min.

     


     

    « To grab your dream, it's not about talent, it's desire. If that's what you really want, you can definitely do it. Nothing happen unless you believe in yourself. It'll work out somehow»

     

    Yukari Hayasaka est une lycéenne qui prépare les concours d'entrée qui lui permettront d'entrer dans une université de renom. Elle n'est pas vraiment intelligente mais essaye tant bien que mal d'avoir de bonnes notes pour satisfaire sa mère qui suit ses études de très près et avec beaucoup de sévérité. Son père, lui, n'est jamais à la maison à cause de son travail. 

    Et puis, un jour, elle rencontre dans la rue des gens un peu hors du commun, et avec des percings partout et qui la regardent comme une sorte d'Élue. C'est ainsi qu'elle fait la connaissance d'Isabella et de Nagase Arashi. Après s'être évanouie dans la rue, ils emmènent Yukari malgré elle dans leur Quartier général : l'atelier de couture Paradise Kiss. C'est alors qu'on lui explique que l'équipe de Paradise Kiss doit réaliser une robe pour le concours de mode de leur école d'art, et, selon eux, Yukari a tous les atouts d'un mannequin. C'est LA personne qui est faite pour porter leur œuvre. Mais le fait est que Yukari est partagée entre devenir mannequin, idée qui, au départ, ne lui plaisait pas vraiment, et le fait de répondre aux attentes de sa mère en ce qui concerne l'université.

     


     
           Kitagawa Keiko • Yukari Hayasaka             → Dear Friends • Buzzer Beat • Matataki • Kimi no Suizo wo Tabetai                 Mukai Osamu • Jouji Koizumi                      → Summer Rescue • S - Saigo no Keikan • Watashi, Teiji de Kaerimasu


     

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes.

    Paradise Kiss est un film que j'ai dû voir une six ou sept fois - ce qui est plutôt rare pour un film asiatique - charmée par l'histoire, les personnages mais surtout l'ambiance générale retrouvée tout du long. 

    Cette adaptation du célèbre manga portant le même nom m'aura clairement surprise car bien qu'il y ait la formule « adapté du manga d'Ai Yazawa », l'orientation de l'histoire et des personnages m’a semblé très différente. On y retrouve les bases de l'histoire et un quelque chose de plus qui fait que l'on ne se retrouve pas face à une pâle copie. C'est principalement ce que j'ai aimé. Pourquoi faudrait-il toujours tout respecter après tout ? On y découvre donc une Yukari peu sûre d'elle, contrôlée par les dires de sa mère ; une Yukari banale qui ne rêve pas de briller, juste de ne pas décevoir. Pas assez intelligente pour se démarquer des autres et intégrer une grande université tel que le souhaite sa mère, sa vie change du tout au tout lorsqu’elle croise la route d’un groupe d’étudiants, cherchant le mannequin idéal pour porter leur création lors du concours de mode de leur école d’art. Yukari est comme l’élue à leur yeux et c’est ainsi qu’elle voit enfin la possibilité d’envisager un nouvel avenir dans lequel elle pourrait réellement s’épanouir. 

    Si suivre l’ascension de Yukari au travers de ce film, sa prise de conscience et de confiance en elle, m’a vraiment plu, le fait est que deux heures ne suffisent pas pour tout approfondir. Pour en revenir à notre héroïne, j’ai bien aimé son caractère et ses mimiques. L’interprétation de Keiko Kitagawa reste assez juste pour une œuvre qui commence à dater et qui aurait pu être victime du surjeu des japonais à l’époque. Il y a tellement de différences entre son personnage et l’équipe de Paradise Kiss qu’elle parvient à ouvrir sa vision des choses et à prendre en maturité. En effet, avec Paradise Kiss on se retrouve un peu dans un monde haut en couleur et original, qui garde tout de même de sa crédibilité. On retrouve ainsi le trio de personnages secondaires que forment Isabella, Miwako et Arashi, clairement sous-exploités et qui ne sont finalement là que pour épauler George, le réel cerveau de la marque. J’ai beaucoup aimé ce dernier, d’une part grâce à l’acteur qui fut une totale découverte pour moi, d’une autre car c’est un personnage assez original, qui ne se met pas en avant et qui pourtant parait directement important. Bien qu’on s’attende à une personnalité haute en couleur, à un personnage excentrique, c’est dans cette adaptation quelqu’un d’assez calme mais qui possède une personnalité bien à lui. Je l’ai trouvé tout à fait crédible, sans surplus, un personnage comme je les aimes. Bien que les personnages secondaires peuvent paraitre de trop, le film ne possède pas de longueur notable et est très sympathique à regarder. La romance, un pseudo triangle amoureux qui n’en est clairement pas un, a su me charmer sans prendre le dessus sur tout le reste. 

    Paradise Kiss est donc un film très sympathique, sans prise de tête et qui en plus de ça possède une belle conclusion.

     

     

    Retrouvez ce film sur le site de la Asia Sun Fansub !

      


      

    - TOP OST -

    Paradise Kiss 

     

     


    votre commentaire
  • Close Range Love

     

    CLOSE RANGE LOVE

    2014 Japon 118 min.

     


      

    Kururugi Yuni est une excellente élève sauf dans une seule matière : l'anglais. Sakurai Haruka enseigne l'anglais et est le professeur le plus populaire du lycée. Suite aux incessantes plaintes de Kururugi sur sa manière d'enseigner, le professeur Sakurai décide de lui donner des cours particuliers. Kururugi ne supporte pas le manque de sérieux dont il fait preuve et pourtant, habituellement froide avec les autres, elle va peu à peu se rapprocher de lui.

     



          
    K
    omatsu Nana • Kururugi Juni      '     → Drowning Love • Tomorrow I Will ... Kids on the Slope • After the Rain            
     Yamapi • Sakurai Haruka                      → Code Blue • Buzzer Beat • Flowers for Algernon • From Five to Nine


     

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes.

    Suite à la très grande déception que m'avait fait ressentir Orange, je ne m'étais pas du tout sentie d'attaque pour regarder un autre film japonais du genre, alors que tant m’intéressaient. J’ai toujours trouvé qu’au delà des histoires racontées, ces derniers possédaient leur propre charme. Après tout, je trouve que les adaptations de mangas détiennent toujours ce petit quelque chose qui nous attirera sans argument valable. Concernant Close Range Love, sans être une déception ce n’est pas non plus une très grande réussite. J’ai trouvé le tout inachevé et bien trop banal pour un film ayant eu un fort succès dans son pays d’origine.

    On est ici face à un amour interdit entre un professeur et son élève, un sujet classique qui pourtant n’est pas énormément représenté dans les films japonais. J’étais moi-même assez curieuse de découvrir comment ils allaient aborder le sujet. Finalement, cela reste très simple puisqu’il est question d’une adolescente détestant l’anglais et qui travaille pourtant dur. Bien entendu, le rapprochement se faisant avec son professeur d’anglais suite à ses difficultés avec la langue est tel qu’ils finiront par développer des sentiments.

    Si on se base sur les deux personnages principaux, on ne peut pas dire que c’était mauvais. Yuni est un personnage assez particulier dans sa manière de se comporter avec les autres. Assez à l’écart des autres, on comprend bien vite que sous son épaisse carapace se trouve une belle personne. Seulement, son personnage reste trop peu approfondi et j’avais du mal à être sur la même longueur d’onde qu’elle. Quelques dizaines de minutes de plus face à son visage souvent sans expression auraient clairement pu m’achever. Pour un personnage aussi fermé, le choix de Nana Komatsu m’a semblé mauvais dans le fait qu’elle ne dégageait rien dans un tel rôle. Du côté de monsieur le professeur, ça s’est bien mieux passé pour moi. D’une part son personnage est plaisant mais contribue également à embellir celui de Yuni. Il prend soin d’elle et son envie de comprendre son élève le fait tomber aveuglément. Seulement, cela n’empêche pas le manque d’alchimie entre ces deux-là. De plus, l’évolution de leur relation reste très linéaire, sans aucune particularité ni surprise, sans aucun rebondissement valable. C’est tellement simple que ça finit par en devenir ennuyant et similaire à tant d’autres choses.

    Close Range Love ne réussit donc pas à s’imposer parmi les plusieurs dizaines d’adaptations de shojo dont la plupart tardent à innover. Le tout manque de profondeur et d’intérêt malgré le moment sympathique passé devant cette histoire d’amour un peu trop fantasmée.

     

     

    Retrouvez ce film sur le site de la Dubu Fansub !

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique