• Hunter x Hunter | saison 1

     

    HUNTER X HUNTER

    2011 26 ép. Japon

      

       SAISON 1   

      


     

    « Vous devriez profiter des petits détours au maximum, parce que c'est là que vous y trouverez des choses plus importantes que ce que vous vouliez. »

     

    Le jeune Gon vit sur une petite île avec sa tante. Abandonné par son père qui est un Hunter, à la fois un aventurier et un chasseur de primes, Gon décide à l'âge de 12 ans de partir pour devenir un Hunter. Cela ne sera pas chose aisée, il devra passer une suite de tests et examens en compagnie de milliers d'autres prétendants au titre de Hunter. Il sera aidé par de nouvelles connaissances qui aspirent au même but que lui tel que Kurapika, Leorio et Killua.
     


      
    Hunter x Hunter | saison 1

    Il n'y a aucun spoiler, lisez donc sans craintes.

    S’il y a bien un animé que j’ai toujours perçu comme une valeur sûre, c’est bien Hunter x Hunter. Ce « classique » m’est pourtant bien longtemps resté inconnu mais nombre de mes amis n’ont jamais cessé de m’en vanter ses mérites, tellement que l’envie s’y est finalement perdue. Histoire de me faire une idée, j’ai lancé il y a plusieurs jours le premier épisode pour finalement me rabattre sur un autre animé. Il faut bien se l’avouer, cette introduction ne m’a pas tant que ça tapé à l’oeil en comparaison aux nouveautés qui s’épanouissent ces dernières années. Puis je me suis un peu forcée et la pilule est bien mieux passée face à la découverte d’une histoire attachante sur plusieurs aspects.
     
    Hunter x Hunter nous laisse avec le personnage de Gon, jeune garçon de seulement douze ans qui a déjà de grands projets dans sa vie : devenir hunter et ainsi retrouver son père qui a choisi de dévouer sa vie à ce fameux métier plutôt qu’à son propre fils. Devenir Hunter est en effet l’objectif de beaucoup de personnes de tout âge et leurs raisons pourraient parfois bien vous étonner, mais les places s’avèrent chères lorsqu’elles nécessitent de passer un examen testant chacune de vos capacités.
     
    Scénaristiquement, cette première saison reste très simple, tellement que j’espère que les prochaines posséderont des arcs plus accrocheurs. L’examen de Hunter couvre plus de la moitié des épisodes, chose qui ne me pose aucun problème en sachant que c’est le genre d’arcs que j’affectionne dans les shonens, développant concept et personnages. Seulement, j’ai trouvé le tout bien moins trépident que je ne l’avais espéré. L’univers s’enrichie lentement au fil des épisodes mais le tout reste encore trop simple. De plus, même si Hunter x Hunter s’avère être assez bon visuellement parlant, on pourrait lui reprocher une censure qui se fait clairement sentir : les morts semblent banalisées et passent carrément inaperçue. Il n’y a pas encore eu ce déclic que j’attendais même si suivre ces vint-cinq premiers épisodes fut très sympathique. Une chose que j’aime d’ailleurs beaucoup dans cette longue introduction reste la capacité à poser les bases de plusieurs intrigues, de plusieurs questionnements qui restent nécessaires.
     
    Également, la gamme de personnages que l’on rencontre jusque là amène plus de saveur et de charme aux aventures de Gon. Il rencontre rapidement d’autres potentiels futurs hunters avec lesquels il tisse naturellement des liens. Il est lui-même très innocent et naïf mais change de la logique habituelle grâce à son intelligence et sa grande force mentale. C’est un ami dévoué qui souhaite suivre les règles. Une grande amitié entre lui et Kilua s’annonce, un personnage qui, bien que similaire d’apparence à cause de son âge et à l’image qu’il se donne parfois, possède un fort potentiel suite à une construction qui se veut très intéressante, notamment avec une éducation centrée sur son aptitude à tuer. Deux autres personnages, Kurapika et Leolio, les accompagnent également et sont très agréables à suivre mais trop peu creusés pour en dire réellement quelque chose. Chacun ont des raisons très différentes de devenir hunter comme rompre le lien avec sa famille d’assassin, gagner de l’argent ou encore se venger de l’extermination de son clan. Vous voyez, il y en a pour tous les goûts. Mais les rencontres du jeune Gon ne seront pas qu’amicales, ce qui ajoutera pas mal de piquant à l’intrigue, surtout avec un personnage aux allures de clown sociopathe comme Hisoka qui amène des bases solides quant à ce que peut annoncer la suite.
     
    Malgré une petite déception, ces premiers épisodes étaient très agréables bien que légers et supposent  même un potentiel qui je l’espère se dévoilera bien plus pour la suite.

     

     

    Retrouvez cet animé sur le site d'ADN !

    Hunter x Hunter est également disponible sur Netflix.

     



    - TRAILER -

    Hunter x Hunter | saison 1

     

    - OPENING & ENDING -

    Hunter x Hunter | saison 1   Hunter x Hunter | saison 1

       

     


    votre commentaire

  • Chroniques de Zombieland T1 - Gena Showalter


    ALICE AU PAYS DES
    ZOMBIES
     

        Chroniques de Zombieland T1    

     

     

     

    Gena Showalter 2013 Darkiss

    Fantastique - Young Adult

     

     

     

     

      ___________________________________________

     

            « Perdre un être aimé est comme perdre un                    membre : on reste à jamais conscient de                     ce qui nous manque, de ce qui a disparu                à jamais. » 

     


    Moi, Alice, j’ai cessé de me croire au pays des merveilles le jour où je les ai vus. Eux, les monstres. Ils existent. Ils ont pris ma petite sœur. Ils ont dévoré mes parents. Bientôt, ils seront partout et ils dévoreront vos familles, vos copains, notre monde... Vous voulez ça ? Non, moi non plus. Alors, je vais rejoindre Cole et sa bande, et avec eux, je vais me battre jusqu’à la mort s’il le faut. Contre les monstres … les Zombies.    [ + D'INFOS • PAR LA MÊME AUTEUR ]

     

     


     
     

    BIENVENUE À ZOMBIELAND !

    Du plus loin que je me souvienne, Alice au Pays des Zombies est la lecture qui a marqué le début des très nombreuses heures que je passe à lire chaque semaine depuis plusieurs années. Ce roman m’a permis de découvrir la vague Young Adult qui m’a ouverte de nombreuses portes. Avec ce tout premier tome, les personnages ainsi que le combat qu’ils y mènent ont eu de quoi me laisser de très bons souvenirs. Je l’ai d’ailleurs beaucoup repris en main afin de pouvoir relire encore et encore certains passages, même s’ils perdent au fil des découvertes de leur saveur

    Je me suis honnêtement, au tout début de ma lecture, plusieurs fois demandé si l’histoire dans laquelle je m’embarquait aller arriver à se démarquer de tant d’autres et si elle allait être à la hauteur de mes espérances. J’ai finalement été surprise tant l’univers m’a plu malgré le fait qu’il choisisse de mettre en avant les zombies, dont je ne raffole pas particulièrement dans mes lectures. Dans Alice aux Pays des Zombies, ces monstres sont justement revisités à la sauce Young Adult d’une manière assez innovante puisqu’ils font partie de la vie quotidienne sous forme de créatures spirituelles. Seul moyen de pouvoir les percevoir : avoir été marqué par un événement bouleversant. L’histoire débute donc avec Alice, une jeune fille tout à fait normale qui aime sa petite soeur plus que tout. Elle décrit sa famille comme étrange, victime des caprices de son père qui semble convaincu que de monstrueuses créatures existent et attendent le bon moment pour venir les chercher. Elle a ainsi vécu cloitrée dans sa maison, ne pouvant rencontrer ses amis à sa guise, avoir de petit copain ou encore découvrir le quotidien de personnes de son âge. Mais un jour sa vie bascule lorsqu’elle perd toute sa famille dans un accident de voiture près d’un cimetière. C’est alors qu’elle commence a être témoin de choses étranges, à douter quant à ce qui a pu provoquer l’accident qui l’a conduit plus tard à emménager chez ses grands-parents

    Le tout début du roman reste donc assez long à suivre lorsque l’on est curieux de découvrir la place que peut tenir les zombies dans une telle histoire qui met en scène des adolescents. De plus, la mise en place de l’intrigue reste classique avec la fameuse entrée dans un nouveau lycée et la rencontre d’un mystérieux groupe. Et c’est là que ce premier tome a arrêté d’être une simple lecture à mes yeux, car tout comme Alice je me suis retrouvée embarquée dans un univers inconnu qui me laissait avec beaucoup de questions sans réponses. J’ai aimé le fait que Gena Showalter ait choisi de faire reposer son histoire sur un groupe d’adolescents qui se charge de repousser les fameux zombies. Alors qu’Alice tente de comprendre le monde qui l’entoure et qui pourtant lui était resté longtemps inconnu, le lecteur peut lui-même s’initier à un univers qui s’avère finalement très accrocheur. On découvre un groupe de chasseurs rempli de charme et de caractère qui s’est rallié contre une même cause. Ce groupe a lui-même d’autres adversaires que les zombies, rendant le scénario un peu plus complexe. De plus, le fait que ce roman choisisse de mêler la vie quotidienne de ces jeunes gens, au lycée par exemple, à une certaine tension, que l’on retrouve tant dans les combats physiques que dans la lutte d’Alice pour se faire accepter, rend le livre assez complet. Il n’y a finalement que très peu de temps morts et le charme des personnages réussira sans doute à vous faire oublier les points qui peuvent fâcher. On retrouve en effet de très bons dialogues dans lesquels la répartie est de mise, mêlant humour, rhétorique et colère. La plume de Gena Showalter, addictive et très facile à suivre, renforce d’autant plus la crédibilité de son histoire qu’elle le maitrise assez pour nous tenir en haleine jusqu’à la fin

    Les personnages eux-mêmes, leurs émotions et la bataille qu’ils livrent réussissent à provoquer bien des émotions. Certains pourront peut-être trouver le roman en lui-même un peu plus simple et adolescent que d’autres Young Adult mais le récit et ses personnages m’ont pourtant parus bien vivants. Les personnages restent de plus selon moi l’une des réelles forces de cette série. Attachants, originaux et particulièrement marquants, ils possèdent pour beaucoup des personnalités fortement développées, les rendant d’autant plus vivants, ce que d’autres romans tardent à faire. Alice est un personnage très agréable à suivre. Il est facile de s’identifier à elle et suivre l’histoire de son point de vue semble presque évident. Drôle et pétillante, elle forme d’ailleurs un très bon duo avec sa nouvelle meilleure amie Kat, toute deux fortes de caractère. Cette dernière est extravagante et haute en couleur, ajoutant une certaine saveur malgré un rôle de personnage secondaire. Pour en revenir à la paire principale, Cole incarne parfaitement la place de chef du groupe de tueurs. Il est particulièrement charismatique, intriguant et m’avait pas mal tapé à l’oeil lors de ma première lecture. Les visions qu’il partage avec Alice, en plus de son rôle de mentor, rendent leur relation d’autant plus spéciale. Ce sont deux personnages qui se complètent très bien et forment donc naturellement un très bon duo. Concernant les personnages secondaires, on peut dire qu’on en a une palette complète, tous différents et spéciaux à leur manière. Ils ont vraiment une place entière dans le récit : Kat et Frosty mais également toute l’équipe de tueurs de zombies, ainsi que leurs différents soutiens, accompagnent particulièrement Alice et le lecteur dans sa quête de vérité

    De l’amour, de l’amitié mais aussi des zombies, des combats qui rendent ce premier tome palpitant à suivre. Malgré quelques longueurs pardonnables, le tout est très bien assemblé et chaque élément semble exactement à sa place dans le récit.
     

    Red Queen | tome 1Red Queen | tome 1Red Queen | tome 1Red Queen | tome 1Red Queen | tome 1Red Queen | tome 1Red Queen | tome 1Red Queen | tome 1Red Queen | tome 1Red Queen | tome 1



    votre commentaire
  •  Monstar

      

    MONSTAR

    2013 Corée 12 ép. 70 min.

     


     

    « The situation changed, not my mind. »

     

    Avec Jung Hyung ( Coffee, Do Me a Favor ), Ha Yeon Su ( Rich Man ) & Kang Ha Neul ( When the Camellia Blooms ).

    Yun Seol Chan est le leader du célèbre groupe Men in Black. Victime de son tempérament de feu et de son sale caractère, il se voit obligé de quitter momentanément son groupe le temps de se construire une nouvelle image. En pause, il se doit alors d'intégrer un lycée au sein duquel il devra se comporter en lycéen idéal. Il rejoindra par la suite le groupe de son lycée, tout comme d'autres lycéens partageant la même passion que lui pour la musique, et c'est en aidant ceux-ci à réaliser leurs rêves qu'il changera peu à peu son caractère.    [ + D'INFOS • TRAILER •   TOP OST •   FAN MV ]

     



    Monstar | Quand une célèbre chaine de télévision musicale sud-coréenne se met aux dramas


    QUAND UNE CÉLÈBRE CHAINE DE TÉLÉVISION MUSICALE SUD-CORÉENNE SE MET AUX DRAMAS

    Mon visionnement de ce drama remonte pour moi à longtemps, en sachant que 2013 est l’année où j’ai commencé à m’intéresser à eux. C’est l’une des affiches de Monstar, ainsi qu’une bande-annonce semblant annoncer du lourd, qui m’avait donné envie de me lancer dans l’aventure. Le gros problème était le manque de sous-titres. Premier drama Mnet, les fansubs n’avaient pas semblé vouloir se jeter dessus. En grande curieuse que j’étais, j’ai donc choisi de me diriger vers d’autres drama – mon tout premier n’a ainsi pas été coréen mais taiwanais – pour revenir plus tard vers celui-ci, un petit peu moins novice.

    Malgré un format assez décevant qui ne nous offre pas la fin tant espérée, ainsi que des personnages principaux peu réfléchis, certains points auront tout de même réussi à me charmer. Je pense notamment à ce côté musical qui m’avait tant donné envie de démarrer ce drama. Chaque musique raconte sa propre histoire et possède son propre lot d’émotions. On est réellement transportés et ce sont finalement ces scènes-là qui restent les plus mémorables.

    Pour en revenir aux personnages, on se retrouve avec un trio principal que j’ai trouvé assez caricatural. Notre héroïne, Min Se Yi, parait bien sympathique lors des premiers épisodes pour finalement devenir le petit cliché de l’adolescente partagée entre deux mecs. Son personnage s’est, en plus de ça, révélé très plat et semblait n’être finalement là que dans le but de créer une rivalité entre Seol Chan et Sun Woo. Pour ces deux-là, pas besoin d’en dire énormément : le héros se révèle être immature selon les situations et le second lead représente très bien le cliché d’un amour à sens unique. Bien qu’ils restent sympathiques à suivre, beaucoup de leurs décisions ont le don d’agacer. Heureusement, les personnages secondaires représentent vraiment quelque chose. On retrouve au travers d’eux différents sujets qui ont vraiment eu le don de me toucher. Je pense notamment au harcèlement et au renfermement. Je retiens notamment le personnage de Kim Na Na qui s’est vraiment démarqué grâce à son histoire mais également grâce à l’interprétation de l’actrice. Solitaire, le fait d’intégrer Color Bar, le groupe que l’on suit durant ce drama, la poussera vers le haut. On voit clairement qu’elle a du mal à partager ses sentiments et qu’elle en souffre. C’est donc un très beau personnage auquel je suis rapidement parvenue à m’identifier.

    Je pense ainsi vraiment que Monstar avait du potentiel, mais que ce dernier a été mal exploité. Il laisse un gout d’inachevé et son manque de dynamisme finit par le rendre lourd. Encore une fois, les personnages avaient des choses à revendre mais l’histoire de fond n’était pas vraiment solide. On suit finalement un groupe, on apprend à les connaître, à les détester comme à les aimer, mais on reste loin – très loin – des émotions que j’ai pu ressentir pour Shut Up ! Flower Boy Band, un drama génial qui avait de quoi réussir. Heureusement, le tout reste mignon et sympathique.

    Malgré une romance qui n’a pas eu de quoi me séduire, je retiens tout de même les thèmes secondaires abordés ainsi que les musiques sublimes qui nous suivent tout au long des épisodes. Sans être un pari réussi, certains de ses aspects pourront sans aucun doute vous plaire.

     

     

    RENDEZ-VOUS SUR DOGARU POUR DÉCOUVRIR LES FANSUB L'AYANT TRADUIT !

      


    votre commentaire
  •  

    Ao Haru Ride | Strobe Edge

        SPÉCIAL SAKISAKA IO     

     

     

    Ao Haru Ride | Strobe Edge

     

    AO HARU RIDE

    Disponible sur les sites de fansub.

     

    Du collège, Futaba Yoshioka n'a pas vraiment de bon souvenirs. Jugée très mignonne, elle avait rapidement été jalousée par ses amies et mise à l'écart. De plus, elle n'avait jamais réussi à faire comprendre ses sentiments à Tanaka, qu'elle aimait en secret. Désormais au lycée, Futaba est bien décidée à changer son image et à repartir de zéro : nouvel établissement, nouvelles amies... Jusqu'à ce qu'elle découvre que Tanaka est inscrit dans le même établissement qu'elle.    [ + D'INFOS • TRAILER ]

    Malgré sa grande place dans mon coeur, l’histoire d’Ao Haru Ride - qui est à l’origine de mon affection pour les mangas - retranscrite dans cette version live n’a pas réussi à égaler mon ressenti sur la version papier. En même temps, assez compliqué de retranscrire treize tomes en deux heures. Pourtant c’est loin d’être aussi mauvais que d’autres live-action qui jouent trop sur la niaiserie. Ici, si l’adaptation reste très fidèle et que les acteurs ressemblent aux personnages, que ce soit physiquement ou moralement, on retrouve également cette histoire assez réaliste qui nous plonge au coeur de l’adolescence. J’ai aimé les sentiments dégagés par ce film ainsi que son côté simple et non-prétentieux. Les personnages sont sympathiques et légers, un peu trop parfois mais encore une fois on ne leur laisse que peu de temps pour faire leurs preuves. Ça ne m’a d’ailleurs pas empêché de m’attacher à Kô et Futaba qui forment un beau duo. Leur histoire n’est pas réellement approfondiemais on comprend facilement que cette dernière correspondait trop aux standards japonais lorsqu’elle était collégienne et que ça l’a finalement éloigné de ses camarades féminines trop jalouses. On la retrouve donc bien plus garçon manqué, face à un Kô qu’elle ne reconnait pas au départ et qui est d’une certaine manière figé dans un passé duquel il a du mal à se défaire. Il garde sa gentillesse maladroite alors que Futaba affiche énergie et naïveté, des traits de caractère que les acteurs s’approprient bien. Seulement, et c’est là que ça commence à poser problème, niveau personnages secondaires, s’ils sont bien présents, ils sont malheureusement peu mis en avant malgré leur potentiel. Que sait-on réellement d’eux ? Ao Haru Ride est avant tout une histoire sur les relations, sur l’amitié et ce côté-là m’a trop souvent manqué. On ne creuse clairement pas assez à mon goût. De plus, malgré un visuel soigné, les scènes paraissent vides à l’écoute, chose qui ne me pose pas particulièrement problème mais qui pourrait finir par ennuyer. C’est donc une adaptation assez commune, centrée sur l’adolescence et sur les erreurs que l’on y entreprend, mais qui je trouve reste sympathique à suivre et ne tombe jamais dans l’excès. Agréable lorsque l’on veut passer deux heures devant quelque chose de léger.

     

    Ruler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolAo Haru Ride | Strobe EdgeRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim School

      

     


        

    Ao Haru Ride | Strobe Edge

     

    STROBE EDGE

    Disponible sur les sites de fansub.

     

    Kinoshita Ninako, jeune lycéenne douce et attentionnée, tombe amoureuse d'Ichinose Ren, un garçon de son école. Prenant son courage à deux mains, elle n'hésite pas à lui déclarer ses sentiments mais Ren refuse ses avances, ayant déjà une petite amie. L'année suivante, ils se retrouvent tous les deux dans la même classe et finissent par se rapprocher de plus en plus.    [ + D'INFOS • TRAILER ]

    Après quatre ans passés sur mon disque dur sans le moindre coup d’oeil, Strobe Edge me faisait toujours si peu envie. Il faut dire que je voyais mal comment l’histoire du manga, très commune et mignonne, allait me paraitre plus intéressante et moins longue dans un format qui souligne souvent des failles plus atténuées dans les versions papiers. C’est réellement le cas ici, ce film ne mettant pas réellement en valeur l’histoire selon moi. J’ai trouvé le tout assez long et vide, avec des personnages pas particulièrement intéressants. Les premières scènes trop rapides et sans réelles explications font d’ailleurs perdre facilement le fil de l’histoire. Il est vrai que Ninako est une héroïne mignonne et souriante qui fait bonne impression dès le début avec une déclaration qui ne se veut pas intéressée, mais je l’ai suivie, elle et les autres, sans ressentir un quelconque attachement. Bien que l’histoire se concentre sur sa découverte du sentiment amoureux, on ne comprend pas réellement pourquoi tel personnage a développé tel sentiment ce qui finit d’ailleurs par en devenir assez frustrant, comme si certaines scènes manquaient. Les relations n’étaient pas assez mises en valeur alors que cela restait un point essentiel du film. On ne mentionne par exemple que très brièvement la relation entre Ando et Ren sans rien développer à l’écran. Dommage car les acteurs n’étaient pas mauvais et la réalisation plaisante. En clair, l’histoire reste sympathique dans sa simplicité, une school romance tout ce qu’il y a de plus banal, mais le contenu reste trop pauvre selon moi - facilement résumable en trois phrases- et finit par s’essouffler. On retrouve encore une fois ce coté simple désiré mais qui n’est pas mis en valeur par manque de fraicheur. L’adaptation n’est en soi pas mauvaise mais ne tient selon moi pas assez la route sous ce format. C’était sympa mais ça s’arrête là.

     

    Ruler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim SchoolRuler : Master of the Mask | Moorim School 

      


    votre commentaire
  • Love Knot

     

    MOONSHINE AND VALENTINE

    2018 | Chine | 25 ép. | 45 min.

     


     

    « All of this was destined. »

     

    Avec Victoria ( Beautiful Secret, My New Sassy Girl, Find Yourself ) & Johnny Huang ( Addicted Heroin ).

    Guan Pi Pi, jeune stagiaire chez un magazine, a pour mission de trouver et d'interviewer un antiquaire insaisissable, He Lan Jing Ting. Mais Pi Pi découvre vite que ce dernier n'est pas un homme ordinaire. En fait le prêtre d'un clan qui essaye de garder les humains en sécurité, il est à la recherche de la réincarnation de la femme qu'il a aimée des années auparavant.    + D'INFOS • TRAILER • FAN MV ]

     



    Moonshine and Valentine | Réincarnations et peuple renard


    RÉINCARNATIONS ET PEUPLE RENARD

    Dans le genre romance fantastique chinoise, Flipped que j’avais commencé bien après mais terminé juste avant s’est avéré décevant à cause de choix que j’avais trouvé mauvais. Ici, Moonshine and Valentine en fait des meilleurs - qui m’ont notamment fait aimer jusqu’à la fin - avec une très belle histoire, cohérente et agréable à suivre, qui lie passé et présent au travers d’une mythologie intéressante, même si je dois avouer que certains aspects ont fini par me déplaire.

    Le ton est présenté dès l’introduction de chaque épisode, un même passage qui nous présente la mythologie du drama qui tourne autour d’un peuple renard venu d’une autre planète qui se fond parmi les hommes. Forcément, si on ne les différencie pas au simple regard, les deux peuples ne peuvent se mélanger en raisons de certaines règles. Notre héros est d’ailleurs lui-même issu de l’union entre renard et humain ce qui fait de lui un hybride, une origine qui pose le point de départ de toute l’histoire, des milliers d’années avant ce que l’on suit dans le monde contemporain. En effet, sa rencontre avec son âme-soeur n’est pas due au hasard et une sorte de malédiction suit chacune des réincarnations de la jeune femme, la dernière étant Guan Pi Pi, la jeune femme dont on suit le point de vue. De plus, des conflits existent toujours au sein de la communauté des renards quant à certains enjeux importants.

    Comme le laisse présager un tel scénario, Moonshine and Valentine est un drama fantastique qui présente une très belle histoire combinant le charme des dramas chinois à cette mythologie sur les renards qui fait intervenir plusieurs problématiques. Le début des épisodes laisse place à un retour dans le temps où l’on peut voir les anciennes vie de Pi Pi aux côtés de He Lan, des scènes très touchantes et bien réalisées. C’est ce côté « vies antérieures » qui m’a sans doute le plus plu grâce à sa pertinence dans l’intrigue fantastique, même si elle s’avère moindre par rapport aux scènes dans le présent. Cela permet d’insérer un background à certains personnages, nécessaire pour s’y attacher un minimum. Malheureusement, bien que j’ai aimé suivre le drama jusqu’à la fin, certains défauts n’ont pas manqués de me marquer. Prenons par exemple la partie de l’histoire concernant le clan qui a bien fini par me lasser, la soif de pouvoir du demi-frère du héros prenant trop d’ampleur à mon goût, au détriment de la personne que lui-même aime et qui méritait d’aimer plus qu’une personne dépassée par ses ambitions. En commençant par ses deux-là, certains personnages ne m’ont pas véritablement convaincu, notamment He Lan et Pi Pi. Lui est un personnage doux et dévoué mais qui s’avère finalement peu intéressant, que ce soit à cause de son développement ou de la prestation assez fade de l’acteur. De même, Pi Pi n’est pas une héroïne à laquelle je me suis attachée bien que l’on suit son point de vue du début à la fin, celui d’un personnage créé pour toucher les téléspectateurs. Une nouvelle fois, je pense que la prestation de l’actrice y est pour quelque chose. L’histoire de son petit-copain et de sa meilleure amie - qui ne le reste pas très longtemps vous vous en doutez - m’a parue totalement inutile et sans intérêt. On aurait plus dit une excuse pour Pi Pi afin qu’elle puisse se détacher de ce qu’elle avait vécue jusque là sans He Lan. Seulement, si les choix et comportements du héros et de l’héroïne n’ont pas toujours fait l’unanimité chez moi, il est indéniable pour moi de souligner à quel point leur lien est beau et touchant à voir. De même concernant certains personnages secondaires, notamment un trio qui se forme parallèlement au développement de la relation entre nos deux héros et qui manifeste un lien fort et réaliste. À noter que les derniers épisodes sont plus compliqués à saisir, notamment au niveau de la fin que j’aurais mieux appréciée si plus expliquée et justifiée.


    Le charme de l’histoire de Moonshine and Valentine  vous rendra sans doute accro, le drama étant prometteur même si pas assez à la hauteur selon moi, la première partie étant vraiment bonne mais la suite partant dans trop de directions. Dans tout les cas, ce drama promet un bon moment à condition que l’on passe au dessus de certains de ses défauts.

     

     

    DISPONIBLE SUR VIKI  !

      


    votre commentaire